Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
2.5 – La lecture, une chose intelligente 

2.5 – La lecture, une chose intelligente 

Publié le 21 juin 2022 Mis à jour le 21 juin 2022
time 3 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 39 lectures
0 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

2.5 – La lecture, une chose intelligente 

Je pense que même lorsque nous lisons un roman nous ne devons pas seulement envisager la lecture sur le seul plan du texte, des phrases et des mots, mais bien plutôt sur celui du monde et de la vie en général.

En dehors des livres, les simples actions en apparence passives de regarder avec attention un paysage avec ses zones de lumières et ses zones d'ombres, ou bien de nuit la façade d'un immeuble, avec seulement quelques-unes de ses fenêtres éclairées, regarder les nuages ou les étoiles dans le ciel, ou encore une foule agitée dans une grande gare, ou bien de se promener en forêt, sont autant de lectures répondant parfaitement à l'idée qu'exister c'est lire et être lu.
C’est à ce type de lecture subliminale qu’il faudrait nous sensibiliser dans les livres, qui eux aussi renferment tant de formes de vie.

Forcément, férocement liée au réel contre vents et marées, la lecture est tout simplement une des propriétés essentielles du vivant.
C'est dans cette perspective que nous devons dorénavant envisager la lecture de fictions.

Le temps de la lecture, celui qui se déploie en nous lorsque nous lisons, qu'il s'agisse donc d'un livre, d'un environnement, d’une situation, ou de bien d'autres choses encore, de toutes choses en fait qui font impression sur nous, qu’il s’agisse de textes ou de contextes, se doit d'être respecté pour que l'œuvre qui opère se réalise dans la durée, qu’elle advienne à un statut que nous pourrons reconnaître comme étant devenu un autre réel.

La lecture, subrepticement, resterait donc toujours quelque part de l'ordre du végétal, de la circulation d'une sève : une circulation au rythme de laquelle le lecteur devrait s'accorder.
La lecture serait bien une "chose vivante", en tout cas un processus relevant en partie du biologique et à l’œuvre dans chaque lecteur, et que nous pourrions peut-être assimiler à une forme de sensibilité proprioceptive inconsciente.
C'est de fait, comme nous pouvons tous l'observer, un processus imagé qui, comme un rêve, se déroule en nous avec une certaine autonomie.

Que se passe-t-il, en nous, quand nous lisons une histoire qui nous transporte dans son propre monde imaginaire ?
Cet "en nous" est l'espace mental du lecteur de fictions.
Comment appréhender cet espace mental de la lecture, pour y projeter des mondes fictionnels, puis, pour pouvoir ensuite les explorer comme des mondes réels ?

Que se passe-t-il lorsque la lecture qui sort du bois croise la lectrice ou le lecteur qui entre dans la forêt, et que leurs regards, eux aussi, se croisent ?

La lecture nous fait signe, immanquablement, et c'est pour cela que nous lisons toujours, partout, surtout en ville de nos jours, comme nos ancêtres préhistoriques le faisaient dans la nature.
Si nous nous imaginons vingt-quatre heures dans la peau d'un analphabète nous réalisons vite combien la lecture est ordinairement une activité le plus souvent inconsciente, innée, instinctive, dans notre vie de tous les jours. Et combien aussi elle est presque inévitable et indispensable.

N'importe quel programme doit être lu pour être exécuté, car il reste sinon… lettre morte.
La lecture est peut-être cette "chose intelligente" qui anime le code du vivant, et qui nous permettra peut-être un jour d’activer intentionnellement ce code, pour peu que nous nous mettions à le lire, à le déchiffrer, au lieu de rester passivement lus par lui.

La lecture serait peut-être fondamentalement une forme d'intelligence artificielle qui pourrait de manière générale rendre tout code actif.
Par intelligence artificielle il faut entendre ici un processus discret qui aurait pour finalité de resserrer sans cesse les liens qui attachent ses récepteurs à la croyance en son propre monde manifesté.

Merci pour votre lecture. Vous pouvez utiliser le bouton "Commenter" pour me faire part de vos questions et remarques.
Je suis chercheur indépendant à Paris. Je travaille sur la lecture immersive de fictions, le sentiment de "traversée du miroir" par les lectrices et les lecteurs de romans. Pour que je puisse poursuivre mes travaux votre soutien m'est indispensable.
Je vous remercie par avance de vous abonner à Retour à Davos ou de "Faire un don" du montant de votre choix pour me soutenir.

lecture 39 lectures
thumb 0 commentaire
0 réaction
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Une histoire de collection
Une histoire de collection

Ce mois ci le magazine « Panodyssey » se consacre à l'artiste et modèle Flam Atilio qui n'en finit plus de nous surpre...

Yanis Bargoin
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur