Congratulations! Your support has been sent to the author
Chronique des petites perversions institutionnelles quotidiennes 

Chronique des petites perversions institutionnelles quotidiennes 

Published Sep 22, 2022 Updated Sep 22, 2022
time 3 min
0
Love
0
Care
0
Wow
thumb 0 comment
lecture 6 lectures
0 reaction

On Panodyssey, you can read up to 10 articles per month without being logged in.
Enjoy 9 articles more articles to discover this month.

To have unlimited access, log in or create an account by clicking below, it's free! Sign in

Chronique des petites perversions institutionnelles quotidiennes 

Y a des messages subliminaux subtils, qui sont envoyés au citoyen que je suis, certes parano maladif, mais néanmoins attentif à tout ce qui ressemble à des manipulations perverses, dont je suis devenu un observateur privilégié, car elles ont conduit l'enfant que j'étais, qui a grandit dans ces environnement à messages contradictoires multiples et destructeurs, à pousser de travers et dans la confusion mentale.
Ainsi, quand je me rend sur l'application de la sécurité sociale, qui est une des plate-forme devenue pour moi cruciale pour ma citoyenneté et ma vie personnelle, malheureusement, je ne peux m'extraire de ces images qui me semblent dire quelque chose de plus ou moins conscient, de la part de cette institution sublime, née de la mobilisation ouvrière d'après la seconde mondiale et qui a tant amélioré la vie et l'espérance de vie des français.
Par exemple je suis interpellé par ces joies extrêmes qu'on lit sur ces images; comme si ces personnages venaient de gagner le javkpot au loto ou de respirer du ballon de gaz hilarant.
Bref des joies comme on en vit peu et encore moins qui ne s'expriment dans l'espace public.
Des joies très inhabituelles qui peuvent même me renvoyer, à moi qui ne vais pas toujours bien, en particulier quand je vais sur cette plate-forme la plupart du temps, que si je tire la gueule et ai des soucis, que je ne suis pas tout a fait normal, voir même légitimement désocialisé, méritant mon isolement et la mise au banc de la société.
Des joies qui rendent les non joyeux suspects.
Ensuite, comme je l'avais noté sur l'application de pôle emploi, je vois la famille des personnes "de couleur", qu'on le veuille ou non, qui ne portent pas les couleurs bleu et jaunes réglementaires du moment, soit dit en passant lol, qui ont droit eux aussi a leur citoyenneté épanouie et auxquels il reste un semblant de structure familiale traditionnelle...mais surtout le droit de rester entre eux. Francais intégrés mais si possible entre eux c'est mieux.
Ceci dit je n'aurais pas été plus clément si le couple avait été mixte.
Les deux jeunes femmes incarnent encore autre chose pour moi, qui me demandait où était le couple homosexuel, dans ce beau pannel où même les boomers de 68 sont présents et rhabillés en bourgeois qu'ils sont devenus.
Elles incarnent les femmes libérées, en particulier des hommes, forcément méchants qui ne pensent qu'à baiser, mais qu'elles utilisent désormais comme des kleenex pour nettoyer les soubresauts de leurs libidos hystériques, et lustrer leur égo immature; femmes qui avortent parce qu'elles ont pas le temps, qui travaillent, ou encore font des gosses qu'elles mettront sous emprise, seules, pour les façonner à leur image, et nourrir leur narcissisme, amazones qui ne doivent rien à personne, sans structure familiale, sinon leurs mères avec laquelle elles n'en finissent pas de régler leur Œdipe en compétition devant la figure de papa.
Elles représentent l'archétype du profil du bon consommateur contemporain, ces jeunes gourdasses, la vache à lait préférée du libéralisme, qui consomme autant qu'une famille nombreuse, qu'on retrouvera dans 30 ans perdues sur les sites de rencontres, esseulées et dépressives sous des masques d'apparat, car elles se seront crues libres (de quoi de qui ? Même elles l'ignorent) et auront vécu des vies superficielles, comme si elles étaient immortelles, nourries au quinoa et à la zumba cafeo, adeptes des tapis roulants immobiles des salles de sport aseptisées, comme leur propres vies.
Voilà ce que je vois dans ces images non anodines.
Grégoire Aïssani
22.09.2022
Saint-Nazaire
lecture 6 lectures
thumb 0 comment
0 reaction
Share the article
copylink copylink

Comment (0)

You can support the independent writers you care about by making a donation to them

Extending the travel in the universe Politics

donate You can now support your favorite writers on Panodyssey!