facebook Le roman d'apprentissage et le topos de l'initiation dans le roman érotique
Congratulations! Your support has been sent to the author
Safeword
Le roman d'apprentissage et le topos de l'initiation dans le roman érotique

Le roman d'apprentissage et le topos de l'initiation dans le roman érotique

Published Feb 25, 2021 Updated Feb 25, 2021
time 7 min
CREATIVE ROOM

Safeword

On Panodyssey, you can read up to 5 articles per month without being logged in.
Enjoy 4 articles more articles to discover this month.

To have unlimited access, log in or create an account by clicking below, it's free! Sign in

Le roman d'apprentissage et le topos de l'initiation dans le roman érotique

Le récit d’initiation érotique

Le récit d’initiation est un lieu commun classique de la littérature érotique, si ce n’est le sous-genre de prédilection de la littérature érotique. Il faut dire que le roman d’apprentissage et le roman picaresque, sont, de base, des classiques de la littérature tout court. Quelles sont leurs caractéristiques et comment leurs spécificités ont été réutilisées/recyclées dans la littérature érotique contemporaine ?

femme en lingerie lisant un livre

Que sont le roman picaresque et le roman d’apprentissage ?

Le roman picaresque

Le roman picaresque est un genre de roman qui est né au seizième siècle en Espace. Il s’agit d’un récit faussement autobiographique qui raconte les aventures souvent mouvementées d’un personnage de bas rang social (un « pícaro » en espagnol, soit quelqu’un de pauvre mais d’ingénieux). Les épisodes se succèdent, permettant ainsi au protagoniste de rencontrer une foule de personnages variés sensés représenter les mœurs d’un pays, d’une région ou d’un groupe social. Le modèle du genre ? Don Quichotte bien sûr !  En France, le roman picaresque le plus connu est l’Histoire de Gil Blas de Santillane d’Alain-René Lesage.

Le roman picaresque possède des caractéristiques remarquables :

  • Le héros, souvent de basse extraction, est en réalité un antihéros. Ainsi, Don Quichotte est un vieux fou qui, ayant lu trop de romans de chevalerie, se prend pour un véritable chevalier.
  • La structure du roman picaresque est anarchique, le souci de réalisme peu présent au niveau de l’intrigue : les épisodes s’enchaînent à un rythme effréné et sont peu reliés entre eux au niveau logique, il y a sans cesse des retournements de situations. Le roman picaresque laisse ainsi libre court à l’imagination de l’auteur. Cependant, ce manque de réalisme est contrebalancé par des représentations très fidèles des réalités sociales représentées.
  • Le roman picaresque a une intention moralisatrice et/ou didactique : généralement, le personnage, malgré tous ses efforts, échoue à s’élever socialement.

Le roman d’apprentissage

Le roman picaresque a eu une postérité. Il a donné plus tard en Allemagne (au dix-huitième siècle) ce qu’on a appelé le Bildungsroman, ou roman d’apprentissage, roman de formation ou roman d’éducation en français. On parle parfois également de roman initiatique parce que, dans ces romans, l’histoire tourne autour d’un personnage jeune, inexpérimenté, qui entre dans le monde. Il vivra des expériences formatrices qui lui permettront de grandir, de se cultiver et de forger progressivement sa personnalité. Le prototype du genre est Les Années d'apprentissage de Wilhelm Meister de Johann Wolfgang von Goethe. En français, on retient surtout des romans célèbres du XIXe siècle, connu pour être l’âge d’or du roman d’éducation à la française : citons Le Rouge et le Noir de Stendhal ou L’éducation sentimentale de Gustave Flaubert, pour les plus connus.

Le lieu commun de l’initiation dans le roman érotique

Une éducation sexuelle

Cette structure de roman, toujours d’actualité de nos jours, notamment dans les biographies, se retrouve fréquemment dans la littérature érotique. En effet  l’initiation est le thème majeur autour duquel gravite l’intrigue. Il est évidemment commode dans la littérature érotique de raconter les aventures sexuelles de quelqu’un d’inexpérimenté et d’expliquer son cheminement sexuel. Puisque l’intérêt et l’excitation ressentie à la lecture dérive des émotions du personnage principal, prendre un ou une vierge offre matière à l’écrivain : l’acte sexuel n’est pas encore habituel, mécanique, et le personnage décortiquera donc ses ressentis ce qui évite bien des scènes ennuyeuses de plates descriptions. Comment décrire trois pages de va-et-vient sans se répéter si l’on ne fait pas appel aux sentiments, émotions, craintes des protagonistes ? Ce mécanisme permet également de créer rapidement et plus facilement un lien entre le personnage et le lecteur. En effet, la virginité est une étape que tous les lecteurs (ou presque) ont un jour dû vivre, ce qui facilite l’identification et donne au protagoniste principal son capital sympathie.

Éviter les répétitions

En effet, dans un livre classique, la tension amoureuse entre les personnages peut durer longtemps. Elle éclate lorsque les protagonistes consomment leur union. On trouve une ou deux scènes de sexe au maximum par ouvrage, si possible en fin de roman ou dans la seconde moitié.

Dans la littérature érotique, au contraire, l’acte sexuel est fréquent. Pour conserver une dose d’originalité et susciter l’intérêt du lecteur, ces scènes doivent être particulièrement travaillées de manière à se différentier les unes des autres. L’auteur de roman érotique cherche donc un moyen de se renouveler sans cesse, c’est d’ailleurs sans doute l’une des contraintes et des difficultés du genre.

L’initiation offre naturellement la possibilité d’avoir une intrigue ascendante qui va, en matière de sexualité, des attouchements, ou des prémisses de l’acte sexuel, à la consommation de l’union. La variété des personnages, des positions, puis des pratiques sexuelles plus rares et élaborées permettent de rompre la routine et de conserver artificiellement la tension des débuts.

Récit d’une transformation

Comme dans le roman d’apprentissage du XIXe siècle, les récits d’initiations érotiques font alors de la sexualité la passerelle qui mène l’adolescent ou le jeune adulte vers la maturité. La sexualité est alors un moyen de se dérider, de libérer aussi bien le corps que l’esprit. Le protagoniste, au départ frileux et plein d’a priori, sortira de sa zone de confort. L’apprentissage sexuel va parfois de pair avec l’apprentissage amoureux. L’un n’exclut pas l’autre !

La variante picaresque de l’initiation sexuelle

Un autre genre de variante de récit érotique, en vogue à partir des années 2010, consiste en un autre type d’initiation : vierge ou pas, le personnage sera initié à des pratiques transgressives ou moralement réprouvées. Comme dans une secte ou un culte à mystère, l’initiation sexuelle permet de découvrir un univers sexuel différent, dangereux, qui sera étudié par le personnage.

L’important ici est que les pratiques sexuelles soient inconnues au personnage. Ce véritable picaro moderne vivra différentes scènes ou épisodes parfois fantasques dont le but véritable est de montrer au lecteur, comme si ce dernier assistait à un reportage, la réalité d’un type de sexualité. Le protagoniste devient un prétexte, son évolution mentale ou sa maturation sont peu mises en avant. Le roman répond à des questions autres. Qui sont les pratiquants de ces sexualités alternatives ? En quoi consistent ces pratiques ? Dans quel cadre se réalisent-elles ? Quel sont les usages, les jargons, de cette communauté ?

Nombre de récits de qualité plus ou moins discutables se sont penchées sur des pratiques de Bondage, Domination, Soumission et Masochisme (BDSM) mais on en trouve aussi sur le couple libre, la bisexualité, l’échangisme, le libertinage, le fétichisme ou la zoophilie.

Le picaresque érotique : le triomphe de la morale et de la sexualité traditionnelle

Comme dans les récits picaresques, ce genre de romans érotiques sont volontiers narrés à la première personne pour imiter le style autobiographique et permettre au lecteur de se glisser, en observateur, dans la peau du protagoniste expérimentant.

De manière parfois subtile, on trouve, en filigrane, une réflexion morale derrière ces œuvres : ainsi il n’est pas rare que le personnage, après avoir expérimenté ces pratiques alternatives et avoir cédé au charme de la transgression, rebrousse chemin. Il constatera que les personnes ou les relations de ce nouvel univers sont séduisantes mais dysfonctionnelles. Au lieu de sortir grandi, mûri, l’intrigue suit une courbe ascendante : le personnage connaît un âge d’or puis un moment de décadence avant d’abandonner le monde de la transgression. Il finit généralement par se marier pour fonder une famille. Le couple monogame et la sexualité hétérosexuelle triomphent. Ouf, la morale est sauve !

1
Blow to the heart
I love this article
0
Stroke of genius
Brillant
1
Give a hand
This was useful to me
0
Publicity stunt
I wish to promote it
0
Hats off
The topic was very interesting
0
Not thrilled
Doesn’t fit Panodyssey’s standards
1
0
1
0
0
0
Share the article
copylink copylink

Comment (0)

You can support the independent writers you care about by making a donation to them

Extending the travel in the universe Education
Comment lire (vraiment) plus ?
Comment lire (vraiment) plus ?

Nous sommes le 15 juin au moment où j’écris cet article, et cette année j’ai déjà lu plus de 30 l...

Younes Bennani
5 min
Nazes-Contact
Nazes-Contact

Aspharox SASSIUM gratta sa treizième oreille, marque chez lui d'une extrême cogitation.Le gros lampion sur le mur parall&egra...

Chantal Perrin Verdier
3 min

donate You can now support your favorite writers on Panodyssey!