Congratulations! Your support has been sent to the author
J'aime bien les gens, mais pas chez moi

J'aime bien les gens, mais pas chez moi

Published Mar 15, 2021 Updated Mar 17, 2021
time 2 min
5
Love
0
Care
0
Wow
thumb 0 comment
lecture 103 lectures
5 reactions

On Panodyssey, you can read up to 10 articles per month without being logged in.
Enjoy 9 articles more articles to discover this month.

To have unlimited access, log in or create an account by clicking below, it's free! Sign in

J'aime bien les gens, mais pas chez moi

Avec les autres c’était toujours : Ooooh ! Vous faites comme ci …

                                        ou                                                       

                                                        Ah oui ... Vous faites comme ça ?


Et alors, en quoi ça les dérangeait ?

L’autre jour n’avait-elle pas croisé la voisine en train de passer la serpillière sur le pas de sa porte en la scrutant dans l’intention ostensible de lui faire sentir qu’Elle, ne le faisait jamais ? Si elle avait envie d’étouffer sous la poussière sans avoir d’assiettes propres avec la télé allumée 24h sur 24 en lieu et place de vitres trop embuées pour observer dehors,
C'ÉTAIT SON DROIT.

Quand elle avait montré un DVD à son collègue venu lui en emprunter un, n’avait-il pas critiqué la façon dont elle classait les films ?

Lors de la soirée beuverie du mois, ne lui avait-on pas reproché de ne pas centrer les photos dans leur cadre, blâme qui plus est venant d’amis proches ? (Parce ce qu’il y avait les amis proches ET les amis pas proches).

Elle détestait que l’on utilise ses toilettes, qu'est-ce qu’elle savait de l’hygiène personnelle des autres ?
Et leurs semelles de chaussures ? Lasse à l’avance de devoir demander à chacun de retirer bottes ou chaussures, elle avait préféré ne plus les laisser entrer du tout.

Ingrid ne voulait pas être désagréable mais chez elle, c’était chez ELLE !

 

D’où son choix : se voir dehors ou chez les autres.
Evidemment là encore elle avait droit à des remarques : alors c’est quand que tu nous invites ?

Beeen

Portrait à l'encre de chine par Chantal Perrin Verdier

Pour autant la taxer d’ asociale était un bien grand mot, tout au plus se qualifierait-elle de : circonspecte.

Pour preuve son dernier amoureux en date qui avait critiqué son lit : trop petit, trop dur, tout juste bon à la position du missionnaire. Je t’en foutrais moi du missionnaire - d’ailleurs elle doutait fortement qu’un missionnaire d’aujourd'hui ait l’occasion de prendre une quelconque position.

Finalement la situation actuelle pourrait bien jouer en sa faveur.
Comment pourrait-on reprocher à une citoyenne respectueuse des autres d’appliquer les consignes à la lettre :
soit prophylaxie et distanciation ?
De quoi assurer sa tranquillité encore quelques mois.

 

 

 

Photo de couverture : Steven Lasry sur Unsplash

Illustration dans le texte : Chantal Perrin Verdier

lecture 103 lectures
thumb 0 comment
5 reactions
Share the article
copylink copylink

Comment (0)

You can support the independent writers you care about by making a donation to them

Extending the travel in the universe Curiosities
25.4 – L’Enfer me ment 
25.4 – L’Enfer me ment 

Au cours de ces dernières années de recherche je suis parvenu à distinguer plusieurs voies, une dizaine, que nous allons da...

Lorenzo Soccavo
1 min
Esprit d'équipe : Solidarité
Esprit d'équipe : Solidarité

De la mauvaise utilisation des mots pour manager : ou comment faire appel à la conscience des hommes. Voilà, comment...

Adélice Bise
1 min
Détective
Détective

Un poulet de loué, nourri a...

Bernard Ducosson
1 min

donate You can now support your favorite writers on Panodyssey!