Congratulations! Your support has been sent to the author
Ça va morfler

Ça va morfler

Published Sep 5, 2022 Updated Sep 7, 2022
time 3 min
2
Love
1
Care
0
Wow
thumb 2 comments
lecture 68 lectures
4 reactions

On Panodyssey, you can read up to 10 articles per month without being logged in.
Enjoy 9 articles more articles to discover this month.

To have unlimited access, log in or create an account by clicking below, it's free! Sign in

Ça va morfler

Déjà l’ascenseur l’avait narguée avec ses numéros qui défilaient en mode t’es-pressée-m’en-fous.
Des tas de gens ensuite à chaque étage comme si un joueur s’évertuait à ôter et remettre des pièces pour mettre en échec sa mission.
Personne cependant - pas même un stratège de l’échiquier - n’aurait pu l’arrêter.

Vingtième étage : celui des cireurs de pompe et des m’as-tu-vu.
Baies tout en vitres d’un côté, portes et stores fermés de l’autre avec au milieu des murets encastrés les uns dans les autres autant que les têtes qui en dépassaient.

L’autre devait croupir dans ce souk.

Elle la repéra soudain.
La rouquinasse avec ses fanfreluches.

Winifred pointa droit sur sa victime.

Elle l’avait déjà sentie du rez-de-chaussée à peine le bouton enfoncé.
La bombe dans son sac, prête au

PSCHIIIITTTT !!!!

Winifred se rua sur L'assistante dès le couloir de l'open-space.

La cible hurla -

peut-être finalement plus finaude que supposée -
mais avant que Winifred ait pu asperger son visage de poupée décolorée, une main masculine saisit son poignet, le tendit au ciel provoquant un jet de gouttelettes autour d'eux.
La soubrette des bureaux en profita pour reculer avec son siège à roulettes

assistante rouquine

vers les tables de ses collègues qui médusées, époussetaient des retombées imaginaires de spray.

Winifred regarda le chevalier inopportun.

Pour une fois qu'il se décidait à exister celui-là, il fallait que ce soit à ses dépends,
À        Elle !

- Elle a aussi couché avec vous ? laissa-t-elle filtrer entre ses dents.
- Pardon ?
L'homme la regarda encore sans comprendre puis la tira fermement vers son bureau.
- Asseyez-vous là et ne bougez plus, je reviens.

Pourquoi lui obéissait-elle ?

Ppffeuhhh !!!

En plus il l'enfermait pour aller calmer toutes ces poules en mode "ponte dérangée"
et surtout le TRAÎTRE pour cacher la pondeuse en titre dans un arrière-cagibi.

Il revint.

- Bien. Il semble qu'une discussion s'impose.
Devant son silence, il observa la jeune femme raidie dans le siège réservé aux visiteurs,
donc plus bas et bien moins confortable que le sien.

- Vous rendez-vous compte qu'elle peut porter plainte et qu'elle en aurait le droit ?
- Si vous m'aviez laissé la finir, elle n'aurait pas eu l'occasion de le faire !

Le regard de l'homme la prit au dépourvu.
Winifred avait toujours fait peur aux hommes dont la plupart le manifestaient
soit en l'agressant (verbalement dans la majorité des cas) soit en l'évitant,
soit comme son mari : en la trompant avec une « minaudeuse ».

Son vis-à-vis pourtant ne montrait aucun effroi.
- Vous savez que le divorce existe ?
Il avait deviné son infortune.
- Beaucoup trop facile pour eux de s'en sortir comme ça ! Non-non. Elle - je devais la vitrioler et lui ... le castrer.

Là le bureaucrate s'empressa de réagir :
- C'est vous qui dans les deux cas risquez le plus. Vous feriez mieux de revenir à la raison.

Revenir à la raison ?
Elle ne reviendrait à rien du tout.
Justement parce que les raisons ne manquaient pas.

- Vous allez appeler la police ?

Il la fit attendre rien que par bravade puis secoua la tête en souriant.
- Je préfère réserver un restau pour deux.
- Pour deux ?

Voilà comment ils se retrouvèrent autour de vin et plat fins à converser sur les bienfaits du célibat.

- Ah, soupira-t-il, sans amour toutefois que deviendrions- nous ?

Hê Là ! Était-ce bien son coeur qui poussait un petit soupir un peu plus fort ?
Lâcheur !

Comme si elle ne venait pas de le sauver tout juste d'une crise ...
Décidément il n'apprendrait jamais rien ce nigaud.

 

 

 

Photo de couverture : décor du fond par louisehoffman83 sur Pixabey - dessin de Chantal Perrin Verdier
Illustration : Chantal Perrin Verdier

lecture 68 lectures
thumb 2 comments
4 reactions
Share the article
copylink copylink

Comments (2)

Je n'ai pas résisté à cette semi-caricature.
Merci pour ce petit mot qui me va droit au coeur.
J'adore absolument cette secrétaire en frous-frous et talons aiguilles sur sa chaise de bureau !!

You can support the independent writers you care about by making a donation to them

Extending the travel in the universe Curiosities
25.4 – L’Enfer me ment 
25.4 – L’Enfer me ment 

Au cours de ces dernières années de recherche je suis parvenu à distinguer plusieurs voies, une dizaine, que nous allons da...

Lorenzo Soccavo
1 min
Esprit d'équipe : Solidarité
Esprit d'équipe : Solidarité

De la mauvaise utilisation des mots pour manager : ou comment faire appel à la conscience des hommes. Voilà, comment...

Adélice Bise
1 min
Détective
Détective

Un poulet de loué, nourri a...

Bernard Ducosson
1 min

donate You can now support your favorite writers on Panodyssey!