Congratulations! Your support has been sent to the author
14.9 – Réveiller les endormis 

14.9 – Réveiller les endormis 

Published Sep 20, 2022 Updated Sep 20, 2022
time 2 min
0
Love
0
Care
0
Wow
thumb 0 comment
lecture 24 lectures
0 reaction

On Panodyssey, you can read up to 10 articles per month without being logged in.
Enjoy 9 articles more articles to discover this month.

To have unlimited access, log in or create an account by clicking below, it's free! Sign in

14.9 – Réveiller les endormis 

A l'articulation ambulatoire de notre squelette a succédé l'articulation phonatoire de notre propre personnage s’inventant dans la narration de sa propre histoire.
Nous ne pouvons dès lors que poursuivre l'aventure.
Nous n'avons pas d'autre choix que celui d'avancer.
La lecture est devenue un automatisme dont nous devons nous saisir de l'énergie libérée pour propulser et déplacer la part de nous-mêmes que nous y projetons.
C’est cet automate singulier que je nomme fictionaute.

Nous devons également envisager l'idée que les premiers lecteurs aient été peut-être considérés comme des sortes de magiciens, ou bien comme des parias manipulant une matière dangereuse : l'écrit.

Rappelons-nous que pour le sinologue français Léon Vandermeersch l'invention de l'idéographie chinoise découle en droite ligne de pratiques divinatoires (se référer à Les deux raisons de la pensée chinoise, divination et idéographie, Essai, Éd. Gallimard, 2013).

Jadis, dans la Grèce antique, les puissants se faisaient faire la moindre lecture par des esclaves. Comme si eux-mêmes ne le pouvaient pas. Comme si leurs corps ne devaient pas servir de canaux à cette transmutation de mots écrits en paroles émises : ce que nous appelons lecture.

Durant des siècles le nombre excessivement réduit de personnes sachant lire contribua à ce que la lecture demeure longtemps une lecture à haute voix. Le rapport le plus naturel au texte était alors celui d'auditeur.
Dans ce contexte, la possibilité pour certains d'incarner un texte et de faire corps avec le message qu'il véhicule pouvait s'apparenter à une forme de transe chamanique durant laquelle un esprit parlerait par l'intermédiaire du corps du chamane.
Et finalement, aujourd’hui encore, lorsque nous lisons, ne pouvons-nous pas considérer qu'une histoire parle par l'intermédiaire de notre corps ?

Peut-être est-ce simplement ainsi, dès la source même de la lecture, que nos ancêtres commencèrent lentement à se condenser en fictionautes qu’il nous faudrait aujourd’hui réveiller.

Merci pour votre lecture. Vous pouvez utiliser le bouton "Commenter" pour me faire part de vos questions et remarques.
Je suis chercheur indépendant à Paris. Je travaille sur la lecture immersive de fictions, le sentiment de "traversée du miroir" par les lectrices et les lecteurs de romans. Pour que je puisse poursuivre mes travaux votre soutien m'est indispensable.
Je vous remercie par avance de vous abonner à Retour à Davos ou de "Faire un don" du montant de votre choix pour me soutenir.

lecture 24 lectures
thumb 0 comment
0 reaction
Share the article
copylink copylink

Comment (0)

You can support the independent writers you care about by making a donation to them

Extending the travel in the universe Curiosities
25.4 – L’Enfer me ment 
25.4 – L’Enfer me ment 

Au cours de ces dernières années de recherche je suis parvenu à distinguer plusieurs voies, une dizaine, que nous allons da...

Lorenzo Soccavo
1 min
Esprit d'équipe : Solidarité
Esprit d'équipe : Solidarité

De la mauvaise utilisation des mots pour manager : ou comment faire appel à la conscience des hommes. Voilà, comment...

Adélice Bise
1 min
Détective
Détective

Un poulet de loué, nourri a...

Bernard Ducosson
1 min

donate You can now support your favorite writers on Panodyssey!