Congratulations! Your support has been sent to the author
MEDJEÉREDOURNE 1/4

MEDJEÉREDOURNE 1/4

Published Jul 13, 2020 Updated Aug 28, 2020
time 3 min
1
Love
0
Care
0
Wow
thumb 0 comment
lecture 31 lectures
1 reaction

On Panodyssey, you can read up to 10 articles per month without being logged in.
Enjoy 9 articles more articles to discover this month.

To have unlimited access, log in or create an account by clicking below, it's free! Sign in

MEDJEÉREDOURNE 1/4

Le Vaisseau de Nulle part

 

Le matin de ce jour-là quand l'enfant trouva le grand oiseau, elle crut qu'il était mort.
Mais non,  il dormait sous sa peau de fer qu’elle avait sentie aussi dure que celle dont été faites les épées des guerriers.Dessin de CPerrin Verdier

En cet instant la petite fille par sa curiosité et sa vivacité méritait le nom que lui avait offert sa tribu : Maghiarane, ce qui dans sa langue voulait dire "Chercheuse d’Aventures » : elle s'approcha du rapace dont le corps brillait comme un arc-en-ciel.
Elle ne put s’empêcher de tendre la main vers une des ailes : sous ses doigts dans une sourde vibration fut aussitôt dégagée de la paroi une porte.
Mais personne n'en descendit.

Maghiarane avança, hésita ; il faisait noir à l’intérieur.
Comme elle osait se hisser sur la margelle de l’entrée, de nombreuses lumières l'aveuglèrent l’une après l’autre.
Elle se figea : un nombre incroyable de soeurs la cernaient. Elle comprit que son image reflétée comme dans l’eau des lacs, l’était ici à l’infini.
Elle se mit à les compter en levant un bras.

Les panneaux de verre se divisèrent alors sur de longs couloirs.
Où allaient-ils ?
Elle mordilla sa bouche pour décider de continuer.

Le couloir à gauche, une lumière bleue
Puis des parois lisses et douces, sur lesquelles elle colla ses mains par besoin d'être soutenue.
Au bout elle parvint à une salle étroite.
Il y avait six sièges en demi-cercle et devant eux, des cadres remplis de ronds vers lesquels son doigt se tendait déjà lorsqu'elle entendit …

UN  bruit ... 

Son coeur frappa si fort qu’il l’empêcha un instant de respirer pourtant ce fut sa vaillance qui la fit se retourner prête au défi.
Ce n’était que son frère, qui bouche ouverte face à elle, s’était empêtré dans son bouclier et sa lance.

- Quaria na ébé malata ?                            (Que fais-tu là ?)
- Ar taé ?                                                         (Et toi ?)
- Afa quélé massara osso paméré          (Papa voulait que je te cherche )

Elle hocha la tête, un peu gênée.
Il reprit dans leur langue :
- Il faut rentrer, la famille s'inquiète pour toi.

Elle objecta aussitôt  "Mais ne vois-tu pas où nous sommes ?"
- Je sais où nous sommes et ce n'est pas NOUS.
- Tu l'avais déjà vu ?

D'un mouvement craintif de la tête, le garçon traduisit son assentiment.
- Il faut le laisser là. La tribu le dit dangereux.
- Le quoi ?

Il trembla sur le mot " vaisseau " puis se redressant affirma sauvagement :
- C'est aux guerriers d'apprendre ça !
- Je croyais qu'il était dangereux ?

De cet air énervé qu'il avait toujours quand elle lui tenait tête, il repoussa la répartie d'un geste de bouclier.
- C'est quoi un vaisseau ? demanda-t-elle alors qu’ils sortaient.
- C’est pour aller plus vite … Bon dépêche ! On nous attend.

Elle ne protesta plus mais tout en le suivant, elle se promit de revenir, seule !
Elle irait aussi consulter La Corsireè : elle, elle saurait lui donner plus de détails sur ce soi-disant vaisseau

Dessin de Chantal Perrin Verdier

Photo de Couverture et dessins : Chantal Perrin Verdier

lecture 31 lectures
thumb 0 comment
1 reaction
Share the article
copylink copylink

Comment (0)

You can support the independent writers you care about by making a donation to them

Extending the travel in the universe Culture
La poudre des ans
La poudre des ans

                                        &nb...

Juste Alain Abanda
2 min
La contrée oubliée
La contrée oubliée

Il était une fois dans un pays nordique où la neige était eternelle vivait un homme et sa femme dans une magnifique demeure...

Arthur Mede
17 min
The End
The End

Titre original : Fin

Stéphane Hoegel
1 min

donate You can now support your favorite writers on Panodyssey!